Catégories
Travail du bois

Objets en Chêne Nannau

Étrier, © Amgueddfa Cymru – Musée national du Pays de Galles

Dans notre prochain livre illustré, « Cadi & the Cursed Oak », une grande partie de l’intrigue est centrée sur une tasse de gland.

Il était une fois une tasse.

Mais ce n’était pas une tasse ordinaire, car c’était une tasse en argent avec une manche en chêne tournée en forme de gland, haute d’une main, comme si elle avait été conçue pour un enfant.

Et un jour d’hiver à Dolgellau, une petite ville du nord-ouest du Pays de Galles, c’est Cadi qui a trouvé la coupe, logée entre un mur de pierre et le coffre en chêne de sa grand-mère.

Cadi a tiré la tasse jusqu’à ce qu’elle entende un « pop » silencieux étouffé par les toiles d’araignée du coffre. Une petite fente s’ouvrait dans le bois, plus petite que le souffle d’une abeille.

« Oh », a murmuré Cadi, craignant ce que sa grand-mère dirait. Berçant la coupe, elle examina les deux disques d’argent attachés à la manche en bois. L’un avait une gravure d’un chêne au-dessus des mots Cabane des Nains, et 1813. L’autre était gravé d’un blason et DEMANDEUR DE RÊVE SR.

C’était si beau et si inconnu, Cadi pensa qu’elle pourrait pleurer. Bien qu’elle n’ait jamais vu la tasse ou entendu en parler, elle était belle et avait l’air importante. Et la petite fissure s’alourdit dans son esprit.

Cadi et sa grand-mère sont fictives, bien sûr, mais cette tasse, réalisé par John Reilly, existe au National Museum Wales. Selon le musée, « Le 25 juin 1824, l’un des 21 plus grands du pays de Gallesst des célébrations d’anniversaire ont eu lieu pour Sir Robert Williams Vaughan, le fils du plus grand propriétaire terrien de Merioneth. Tenu sur le domaine de Nannau à Dolgellau, 200 invités se sont assis pour un banquet extravagant… Divers objets réalisés pour commémorer l’événement sont désormais dans les collections de Musée national du Pays de Galles, dont deux des six coupelles en forme de gland fabriquées pour l’occasion. Ils étaient fabriqués à partir du bois de Chêne Chou Chêne, ‘le chêne creux du démon’, le vieil arbre de Nannau associé à Owain Glyndwr.

De nombreux objets fabriqués à partir du chêne maudit existent encore aujourd’hui au Pays de Galles.

Que lui est-il arrivé, à l’arbre ? Cadi a demandé.

« Une terrible tempête, en 1813 », dit sa grand-mère, qui se remit à marcher. « Un homme du nom de Sir Richard Colt Hoare est venu ici. Sir Richard était un homme riche, un antiquaire. Il aimait aussi les plantes. Il collectionnait des plantes exotiques, il plantait des milliers d’arbres et il aimait les dessiner. Pendant son séjour à Nannau, Sir Richard est devenu enchanté par le chêne sablé. À cette époque, il mesurait 28 pieds de diamètre et avait plus de 900 ans. Alors il l’a esquissé. Cette même nuit, la foudre a frappé l’arbre et l’a détruit. Le bois restant a été collecté et de nombreuses choses ont été fabriquées à partir de celui-ci – des tables, des chandeliers, des cadres et de jolis étriers, sertis d’argent et en forme de glands. Je possède l’une des tasses, bien qu’elle semble avoir disparu.

Cadi n’osait pas bouger.

« Il y a deux disques d’argent dessus, l’un en face de l’autre. Un disque dit cabine naine, le chêne creux du démon. L’autre, DEMANDEUR DE RÊVE SR, une bonne conscience est le meilleur bouclier.

La grand-mère de Cadi se retourna et la regarda.

La légende dit que si vous en buvez, les histoires de l’arbre vous hanteront.

Ils ont marché un peu plus, puis Cadi a doucement demandé : « Comment faites-vous pour arrêter les rêves ? »

« Tu ne peux pas arrêter les histoires, mon enfant », a déclaré sa grand-mère. « Même les mauvais. Chaque être vivant a une histoire. Et chaque histoire mérite d’être racontée.

Photo de Philip Nanney Williams

C’est le réel croquis du Chêne Nannau, par Sir Richard Colt Hoare, qui fait partie de la Maison Stourhead collection (Fiducie nationale). L’inscription sur le dessus du cadre dit « Le chêne de Nannau est tombé au sol le 27 juillet 1813. Ce cadre est fait de bois véritable. » L’inscription au bas du cadre dit : « Dessiné par Sr Richd. C. Hoare le matin précédant la nuit où il est tombé.

Table de petit-déjeuner victorienne, vendue aux enchères par Bonhams

Cette Table de petit déjeuner victorienne, vendu aux enchères par Bonhams en 2014, serait fabriqué à partir de chêne Nannau. Il était accompagné d’une gravure imprimée de l’arbre et d’un texte sur l’arbre tel que référencé dans le poème de Sir Walter Scott, « Marmion », encadré dans du bois qui proviendrait également de l’arbre maudit.

Photo de Philip Nanney Williams

Ici vous pouvez voir plus de photos de Philip Nanney Williams, auteur de « Nannau : une riche tapisserie de l’histoire galloise», d’une diapositive de livre réalisée en 1848. Elle aurait été fabriquée à partir de bois de chêne Nannau fourni par la femme du troisième bart, Lady Vaughan de Rhug. Philip m’a été d’une aide précieuse pendant la phase de recherche de ce livre.

Photo publiée avec l’aimable autorisation de Philip Nanney Williams

Le site Web nannau.wales, créé par Ian King, a fourni une mine d’informations tout en travaillant sur ce livre. J’y ai trouvé une transcription d’un guide touristique des années 1960, qui comprenait une image de bougeoirs et plus de tasses en chêne Nannau.

Photo de Philip Nanney Williams

Philip écrit à propos de ces chandeliers, fabriqués à partir du chêne Nannau, dans le chapitre 3 de son livre. Fabriqués en 1840, ils sont modelés sur la cheminée de la maison de l’archidiacre, à Bangor, où Owain Glyndŵr a rencontré Henry Hotspur pendant la rébellion.

Tabatière en chêne Nannau, photo publiée avec l’aimable autorisation de Philip Nanney Williams
Plus d’objets fabriqués à partir du chêne Nannau, photo avec l’aimable autorisation de Philip Nanney Williams

Et selon Woolley & Wallis, ce Table pliable a un 19e dessus plaqué siècle avec « Ceubren yr Ellyll », inscrit en dessous sur une base pliante tournée plus tard.

Kara Gebhart Uhl

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *