Catégories
Travail du bois

Lettre de la rédaction : un nouvel outil à chaque projet

Aménager une boutique ne se fait pas d’un coup. Au lieu de cela, une boutique acquiert son contenu au fil du temps. Au début, cela peut signifier lentement construire vos collections de machines et d’outils, tandis que plus tard, cela peut signifier réduire ce que vous possédez. Au fur et à mesure que nos intérêts pour le métier changent, les outils requis pour le travail à accomplir changent également. Pour cette raison, nos outils – et nos ateliers d’ailleurs – continuent d’évoluer comme nous, à la fois dans nos compétences en tant que menuisiers et dans ce que nous visons à réaliser.

Il existe un conseil courant qui suggère que nous prenions un nouvel outil avec chaque projet que nous construisons. Pendant longtemps, j’ai interprété cela comme signifiant que chaque projet sert de bonne excuse pour acheter plus d’outils (ce qui n’est pas une chose terrible). En cours de route, j’ai trouvé une certaine sagesse dans ce conseil, bien que je puisse le limiter à «un seul outil» par projet. La raison en est qu’avec chaque outil que nous rassemblons, il y a généralement un nouvel ensemble de compétences impliquées dans l’utilisation de l’outil ou dans la découverte de sa polyvalence. Rentrer à la maison avec une pile de nouveaux outils peut ne pas nous donner le temps ou la concentration pour les connaître et acquérir une véritable compréhension de la façon dont ils peuvent affecter non seulement les choses que nous fabriquons, mais aussi la façon dont nous procédons pour les fabriquer.

En ce qui concerne les outils à main en particulier, vous ne possédez pas vraiment un outil tant que vous ne le connaissez pas jusqu’à ce qu’il devienne une partie de votre processus de construction et une extension de vos mains. En tant que graphiste, je passe le plus clair de mon temps devant un ordinateur. Lorsque je dois mettre à jour le logiciel de mise en page ou changer complètement de programme, il y a toujours une période d’ajustement avant d’arriver au point où je peux « penser » dans le programme, lorsqu’il ne devient plus une pierre d’achoppement pour faire le travail. Le même processus se produit avec chaque nouvel outil que j’achète. Au début, c’est peut-être une nouveauté, et soit je m’émerveille devant les choses incroyables qu’il peut faire, soit je me demande pourquoi il ne répond pas aux attentes (« cette vidéo a l’air si facile… »). Au fil du temps cependant, les outils que j’acquiers trouvent une place dans mon processus de construction et une place précieuse dans mon armoire à outils ou restent inutilisés sur une étagère jusqu’à ce que j’aie enfin le temps de les comprendre. En fait, j’ai quelques avions à dado qui prennent de la poussière en ce moment, et le travail manuel de Bob Rozaieski dans ce numéro pourrait bien être ce dont j’ai besoin pour les faire entrer dans la formation de départ.

—Michael Pekovitch

Inscrivez-vous à eletters aujourd’hui et obtenez les dernières techniques et astuces de Fine Woodworking, ainsi que des offres spéciales.

Recevez des conseils sur le travail du bois, des conseils d’experts et des offres spéciales dans votre boîte de réception

×


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *