Catégories
Travail du bois

Sphère créative – Blog de Paul Sellers

La créativité est pour moi une sorte de sphère protectrice dans laquelle je passe le plus clair de mon temps et un espace dans lequel j’ai tous les outils que j’utilise à portée de main. Les outils, ceux que j’utilise constamment, sont des stylos et des crayons placés dans des pots sur mon établi, sur mon bureau et sur ma table à manger. Ils y vivent dans des conteneurs différents. J’ai des outils de support avec lesquels je dessine, dessine et écris comme mines d’amélioration, encres et pastels, des sauvegardes pour la couleur, la texture et la création de lignes spéciales. L’art nous vient de différentes manières et quand quelqu’un dit qu’il ne peut pas tracer de ligne droite, cela me rappelle ceux qui disent qu’ils ne peuvent pas scier du bois droit ou raboter à l’équerre. La vérité est que presque rien n’est droit dans la nature jusqu’à ce que l’homme prenne le brut et le retravaille en droit ; les bords des tables, des pieds et des étagères sont rectilignes parce que nous travaillons et vivons la vie dans des carrés et des lignes droites. Les boîtes sont pratiques et les carrées sont étonnamment sûres.

Dans mon monde, nous sommes tous nés en tant que sensibles créatifs. Nous nous connectons à notre monde carré tout comme nous le faisons avec le caractère aléatoire de la nature dans laquelle se trouvent nos vies au carré. J’aime que je coupe droit avec mes rabots et mes ciseaux et que chaque copeau et copeau que je sépare se développe en courbes qui se tordent et tournent en tourbillons, en arcs et en courbes lorsqu’ils se déversent, plongent et s’arc dans leur séparation du bois hôte que je fais droit pour s’adapter à ma conception.

Dans mon univers de création et de mise en œuvre du bois, il n’y a pas de frontière entre mon établi et ma planche à dessin, mon bureau et mes bibliothèques. Je passe de l’un à l’autre et transfère moi-même et mon travail dans un balayage économique de continuité. Personne ne voit ça quand je travaille. Je passe de l’étau à bois à la version métallurgique et coupe l’acier et le lime avec le même fichier que j’utilise sur le bois dans l’un ou l’autre étau selon l’économie et la préférence. Pourquoi? Il arrive souvent qu’un étau à bois avec des mâchoires en bois tienne l’acier de manière plus stable et plus absorbante qu’un étau tout en métal, même s’il a des doublures de mâchoire en plastique.

Quand j’avais besoin d’acier pour une lame de rabot ou un ciseau, je pouvais prendre une lime usée et usée, la chauffer à une lueur orange vif, la laisser refroidir naturellement dans l’air, la couper, la limer et la retravailler à un nouvelle forme et bientôt j’ai fait ce dont j’ai besoin. Au-delà de cela, je le durcis et le tempère à nouveau et 20 minutes plus tard, j’ai ce ciseau inhabituel pour un détail fin que je ne peux obtenir avec aucun autre que je possède. Mes dessins sont souvent un hybride du numérique avec des crayons de couleur, de l’aquarelle et du pastel. La créativité est un mélange de pensées, un mélange de médiums et un mélange d’artisanat. Cuir, acier, laiton, bois et même plastique aussi. Pour mon dernier avion et un nouveau gabarit en queue d’aronde, j’ai fabriqué les prototypes en bois avec des lames en bois pour voir exactement quel était le déplacement sur des pentes de 45, 50 et 55 degrés. Comment cela s’est-il traduit par des profondeurs de coupe avec une rotation complète du dispositif de réglage ? Une rotation peut-elle faire un millimètre ou un demi-mil ? J’ai fait la première itération sur papier et l’ai confirmée dans un outil fabriqué et j’ai trouvé que les deux étaient exactement les mêmes. La confirmation des idées et des pensées prend vie dans un prototype et un outil ou une pièce transformé en 3D a une sensation que vous ne pouvez jamais obtenir à partir d’un objet acheté.

Sans cette décision pour l’ingénierie de ma vie, je ne serais pas créatif. La créativité exige des moments différents au sein de la sphère que j’ai créée et je ne serais pas créatif sans mon insistance pour la sphère dans laquelle je vis. Quand une idée vient dans une pensée, il y a toujours une immédiateté et je dois faire un détail pour que je puisse travailler, que ce soit un dessin ou une note ou l’utilisation d’un morceau de bois ou quelque chose que je dois faire là et puis , sinon ce que j’ai sera perdu.

Les gens disent souvent que j’ai de la chance, mais je ne crois pas du tout que ce soit le cas. ‘Chanceux‘ suppose en quelque sorte une sorte de hasard qui façonne votre avenir. Et alors que je sais que cela peut effectivement arriver, ce n’est pas la chance qui a façonné mes ambitions, mes aspirations ou mon avenir, maintenant mon passé. La plupart du temps, c’était des décisions que j’ai prises en cours de route, puis j’ai pris la responsabilité qu’elles soient bonnes ou mauvaises. Là où je suis maintenant, c’est au milieu d’une vie vécue et que j’aime. Mon esprit est activement créatif tout le temps et ne s’arrête jamais, sauf lorsque je désire le calme de la contemplation. Mon observation des oiseaux exige calme et tranquillité. Je peux me cacher par la porte de derrière et être au bord du lac en moins de cinq minutes à pied. Mon travail du bois permet de telles choses que d’autres pourraient appeler des luxes, mais n’importe qui peut faire ce que je fais s’il le planifie et le conçoit. Vous devez juste choisir ce que vous voulez vraiment et travailler vers l’objectif, c’est tout !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *