Catégories
Travail du bois

Déplacement d’un équipement d’élévation (vis)

Contenu de l’historique associé :
– Sweetgum Mortier vidéo 1
– Sweetgum Mortier vidéo 2
– Forge roulante
– Coffre de munitions d’obusier

Mon ami Duffy a commencé un musée d’histoire et de temps en temps, j’ai l’opportunité de contribuer à une sorte de tâche de menuiserie. Dans ce cas, Duffy a acquis un canon d’obusier original de 24 livres fabriqué en 1847. Sur les 69 originaux produits au milieu des années 1800, 36 d’entre eux sont connus pour avoir survécu, seuls trois d’entre eux étant dans des collections personnelles. Le canon lui-même, ou le tube, est d’origine. Le chariot sur lequel il est assis ne l’est pas. L’ancien propriétaire a dit qu’il l’avait depuis 30 ans et ne se souvient pas de l’histoire avant lui. Il y a quelques éléments originaux, comme l’axe et une chaîne à double maillon, mais tout le travail du bois et une partie du métal sont des reproductions.

Ma tâche consistait à déplacer l’engin de levage, ou la vis. La rotation de cette vis modifie l’élévation de l’arrière du tube du canon et modifie donc l’angle de tir. Ce chariot a été conçu à l’origine pour un Napoléon 12pdr et la seule différence entre ce chariot conçu pour le Napoléon et un chariot conçu pour l’obusier est d’environ 1-3/4″ de longueur des plaques de joue et 2-3/8″ de différence en l’emplacement de la vis de levage.

Une fois la vis retirée, vous pouvez voir la taille des trous à boucher.

Avant de faire des ajustements, je voulais m’assurer que l’emplacement d’origine était bien documenté. Du ruban adhésif a été appliqué des deux côtés des trous et leurs emplacements ont été transférés sur le ruban avec un crayon.

La vis est filetée dans un écrou en bronze à un angle spécifique. Après l’avoir mesuré de différentes manières, j’ai déterminé que 12-1/2 degrés était l’angle. Cet angle sera utilisé plus tard pour découper un bloc de guidage pour commencer les nouveaux trous.

Le bois de construction principal de toutes ces voitures était du chêne blanc, c’est donc ce que j’utilise pour boucher les trous. La première consiste à découper des ébauches de tournage.

Ensuite, les chevilles peuvent être tournées, en commençant par les plus petites chevilles. J’ai utilisé une clé à fourche comme guide pour obtenir la cheville à une taille uniforme. Après cela, j’ai réduit le diamètre petit à petit pour me faufiler dans un ajustement serré, en le vérifiant entre chaque réduction.

Après les petites chevilles, la plus grande cheville est tournée. Pour celui-ci, je l’ai retourné puis j’ai réduit une seule extrémité pour le tester.

Avec un test d’ajustement confirmé sur la plus petite extrémité, le reste de la cheville a été tourné à ce diamètre.

Un petit travail de préparation a été nécessaire pour le grand trou. La vis était lubrifiée avec de la graisse, de sorte qu’il y avait de la graisse résiduelle à l’intérieur du trou. J’ai utilisé de l’essence minérale et une brosse métallique pour nettoyer rapidement l’intérieur du trou et éliminer tous les débris.

Thixo Flex, Adhésif Epoxy Flexible par TotalBoat est ce que j’utilise pour sécuriser les chevilles. Comme le dit le tube, TotalBoat Thixo Flex offre des liaisons plus fortes que les mastics adhésifs, avec une plus grande flexibilité que l’époxy ordinaire. Excellent pour les applications où les liaisons doivent résister à la flexion, la torsion, la contraction et l’expansion, les chocs ou les vibrations. Ce chariot connaîtra littéralement chacune de ces forces. Le tube indique également qu’il est idéal pour les bois humides ou huileux, ce qui me donne une meilleure tranquillité d’esprit concernant le grand trou de vis.

Avant de me montrer aux prises avec un pistolet à calfeutrer bon marché, sautons dans le futur pour montrer un test avec un pistolet à calfeutrer beaucoup plus approprié. Le pistolet bleu que j’utilise dans ce test est un Nouveau-né Duracore 18:1 Rapport de poussée. Le pistolet rouge est un pistolet à calfeutrer générique à usage moyen. Le test consiste à presser le plus possible en 30 secondes avec le même tube et la même ouverture de buse. Comme vous pouvez le voir, le moyen générique rouge ne fournit pas beaucoup de force de poussée. Je dois lutter avec ça juste pour obtenir une petite quantité à sortir. Le canon bleu avec un rapport de poussée beaucoup plus élevé pousse plus de matériau avec une fraction de l’effort. C’est un exemple parfait d’utilisation du bon outil pour la tâche.

Retour au projet. À ce moment-là, tout ce que j’avais était le pistolet moyen, donc la lutte était vraiment réelle avec celui-ci. Après avoir mis un tas de Thixo dans le trou, j’ai appliqué une quantité généreuse sur le côté de la cheville, puis je l’ai étalée avec un morceau de carton.

Et puis l’a ramené à la maison avec un maillet.

Même procédé pour les deux autres chevilles. Une chose à noter ici est la direction du grain sur les chevilles. Je les colle perpendiculairement au grain sur le chariot. En règle générale, vous ne voudriez pas faire cela car ils se dilateront et se contracteront dans une direction différente de celle du reste du chariot. Cependant, la section centrale du chariot est constituée de deux grandes poutres en chêne blanc qui ont été épinglées ensemble avec des boulons dans différentes directions de toute façon. Je ne vois pas de problème avec ces épingles en bois dans cette situation exacte.

J’ai laissé durcir l’époxy Thixo pendant la nuit, puis j’ai affleuré les chevilles en haut et en bas.

Le grand trou a encore besoin d’un bouchon carré pour couvrir la mortaise de la bague en bronze, mais avant que cela puisse être installé, j’avais besoin que le haut du goujon soit parallèle à la surface supérieure du chariot. Pour ce faire, j’ai utilisé une petite toupie et une mèche en spirale à angle faible. (utilisez le code JAYBATES15 pour 15% de réduction sur bitsbits.com)

Tout cela a été fait à main levée pour grignoter uniquement le goujon central.

Ensuite, j’ai coupé un bloc de chêne rectangulaire légèrement plus grand que la mortaise d’origine et j’ai tracé son emplacement avec un couteau de marquage.

Ensuite, la mortaise arrondie est ciselée en un rectangle plus adapté aux patchs jusqu’à la même profondeur que le haut de la cheville.

Vous pouvez voir ici qu’il y a encore un peu de mortaise conique autour de la face avant de la cheville. Les options consistent à couper le goujon et à mortaiser plus profondément pour l’éliminer ou simplement à le remplir d’époxy. Comme il n’y avait pas beaucoup d’espace, j’ai choisi de le remplir d’époxy avant de poser le patch. J’ai également laissé cela reposer pendant la nuit pour que l’époxy s’installe avant de le couper au ras.

Vous vous souvenez de cette mesure de 12-1/2 degrés que j’ai prise plus tôt ? J’ai utilisé quelques blocs sur ma table de perceuse à colonne pour établir cet angle dans un bloc de guidage.

Avec les blocs d’élévation à droite serrés en place, une seule pince est nécessaire pour maintenir le bord gauche du bloc coincé dans le rail en T avec une pression vers le bas sur les blocs adjacents. Cela a verrouillé l’angle pendant que le trou est lentement et soigneusement percé. Je sais… il suffit d’incliner la table ! Cette configuration était assez facile et par la suite, je n’ai plus à me soucier de calibrer à nouveau la table à 90 degrés.

Retour au chariot pour une autre solution rapide. Il m’est apparu que le goujon avant est le seul qui sera exposé dans la nouvelle position. J’étais inquiet à propos du grain final du goujon télégraphiant à travers la peinture, alors j’ai percé un trou peu profond avec un foret Forstner pour un autre bouchon. Cette fois, le grain sera parallèle au reste du bois et, espérons-le, ne se télégraphiera pas à travers la peinture.

Je n’avais pas de coupe-bouchon de 1″, j’ai donc utilisé la machine CNC pour couper le bouchon.

Parce que je ne craignais pas que la colle coule à travers et que je devais me remettre immédiatement au travail sur cette zone, j’ai utilisé une colle PVA à prise rapide.

Un rabot à main a été utilisé pour éliminer la majeure partie des déchets de patch.

Et puis quelques passages rapides avec une ponceuse pour s’assurer que tout était affleurant. Je n’ai pas pu terminer le travail avec le rabot à main en raison de trop de bosses et d’irrégularités dans le bois environnant.

Le patch cosmétique à l’avant était juste au milieu des deux poutres principales. La fissure que vous voyez n’est pas une fissure. C’est la couture des deux poutres qui rétrécit légèrement avec le temps, j’ai donc utilisé une scie fine pour couper une saignée dans le nouveau patch pour que la couture ait l’air continue. Une fois recouvert de peinture, il ne devrait y avoir aucune indication visuelle de la présence d’un patch.

C’est ici que le bloc de guidage de 12-1/2 degrés entre en jeu. Après l’avoir soigneusement positionné pour les nouveaux trous, il a été fixé solidement au chariot.

Ensuite, nous avons utilisé la même jauge d’angle numérique et quelques cales pour amener la face supérieure à 12-1/2 degrés du sol. Avec le chariot à l’angle correct, nous pouvons nous concentrer sur le maintien de la perceuse verticale. Et pour ce faire, j’ai eu l’aide de Duffy. Lorsque je regarde une perceuse, je trouve qu’il est facile de garder la perceuse verticale de gauche à droite mais pas d’avant en arrière. J’ai fixé un niveau verticalement à l’une des roues pour que Duffy l’utilise comme référence visuelle. Il pouvait me dire de me pencher en avant ou en arrière pour garder la perceuse à la verticale pendant que je pouvais rester vertical à gauche et à droite. Le trou de 2-1/8″ a été percé suffisamment profondément dans la surface pour retirer le bloc de guidage.

Ensuite, nous avons utilisé un embout Overdrive pour extraire rapidement la section centrale. Le retrait du centre rend le foret Forstner beaucoup plus facile à percer. Des allers-retours entre le bit Overdrive et le bit Forstner jusqu’à ce que nous ayons terminé.

Une fois le trou principal percé, la mortaise pour l’écrou en bronze doit être coupée. Rien d’extraordinaire ici. Juste quelques blocs de guidage pour les côtés et beaucoup de hachage au ciseau. Une chose à noter est que le devant de la mortaise est arrondi, de sorte que cette partie a nécessité un certain nombre de va-et-vient pour tester l’ajustement pour bien faire les choses.

Une fois la vis en place, nous connaissions l’emplacement des deux trous de boulons. Ils ont été percés aussi profondément que possible avec des forets Overdrive, puis percés tout au long avec un foret à tarière d’électricien à longue portée que j’avais. Je n’en ai qu’un et c’était justement le côté dont j’avais besoin.

À ce stade, le travail dans ma boutique est terminé. Il est temps pour Duffy de le ramener à la maison pour les dernières réparations mineures et un nouveau travail de peinture.

J’ai envoyé Duffy à la maison avec de l’époxy pénétrant pour combler toutes les minuscules fissures et fissures qui se trouvaient dans le bois. Si vous avez besoin d’époxy pour pénétrer profondément dans de minuscules fissures, c’est certainement ce qu’il vous faut. Il a une viscosité incroyablement faible.

Notez également que nous tirerons ce canon dans une vidéo ultérieure. C’est la taille du projectile utilisé. Le chapeau est pour une référence de taille.

Et le voici exposé dans le musée de Duffy avec le canon original de 24 pdr Howitzer en place. Le tube est estampillé de Springfield Mass et fabriqué en 1847

Et ici, vous pouvez voir l’emplacement correct de la vis de levage. Avant, il était en contact avec le tube 2-3/8″ vers l’avant, sans entrer en contact avec l’anneau arrière comme il aurait dû le faire.

Voici un autre regard sur le diamètre du tube et la taille du projectile.

Duffy a également une pointe originale, qui est utilisée avec une paire d’anneaux à l’extrémité du chariot pour déplacer et positionner plus facilement le chariot.

Et enfin, le rare canon Howitzer est présenté avec un coffre à munitions encore plus rare Howitzer 24pdr.

Si vous souhaitez plus d’informations ou si vous souhaitez voir le musée de Duffy, consultez son site Web, starkvillecivilwararsenal.com.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *